Le stress, un mal de notre société | Instant d'éveil, hypnose, cabinet d'hypnothérapie, région Sion, Valais

Le stress, un mal de notre société

Le mot « stress » est issu du latin stringere qui veut dire « serrer ». L’idée de stress renvoie à la notion de tension, de pression : être stressé, c’est être à la fois pressé et oppressé. La littérature sur le sujet est gigantesque, car le stress semble devenu un mal de la civilisation contemporaine.

stress

Le stress est en lien avec les trois principaux systèmes de régulation biologique de notre organisme : le système nerveux autonome, le système neuro-endocrinien et le système immunitaire – le cerveau étant le « chef d’orchestre » de ces trois systèmes.

Le stress impact à court terme le système nerveux autonome (agissant hors de la volonté), qui est par exemple responsable de la sécrétion de l’adrénaline en cas de tension, et produit en cascade toute une série de réactions organiques. Vous recevez un coup sur la tête : le cœur va se mettre à battre. Vous apprenez une mauvaise nouvelle : l’effet est comparable à un coup – au moral, cette fois. Vous pouvez éventuellement tenter de contrôler l’effet, mais pas de supprimer ou provoquer artificiellement la peur, la colère ou la détresse.

Le système neuro-endocrinien est également impliqué dans le stress. Les glandes surrénales sécrètent notamment le cortisol, une hormone qui stimule les réactions positives. Mais si la tension est trop intense ou trop répétée, ou si l’individu n’a pas de contrôle sur lui, alors le cortisol, produit en trop grande quantité, devient une sorte de poison pour l’organisme. Son hypersécrétion va accélérer le vieillissement cellulaire et favoriser les maladies.

Enfin, le système immunitaire – qui est en quelque sorte la « police de l’organisme », chargée de lutter contre les infections – est le troisième circuit majeur affecté par le stress. Face à un choc d’origine infectieuse, il réagit en produisant des lymphocytes (globules blancs) qui vont s’attaquer aux agents pathogènes. Là encore, si l’agression est trop intense et durable, nos défenses immunitaires vont finir par flancher (comme une armée de défense assaillie de toute part), laissant entrer les ennemis que sont les microbes et virus de toutes sortes.

 

Le stress de la vie quotidienne prend la forme de nombreuses petites agressions : dispute dans le couple, surcharge de travail, accrochage en voiture, etc. Et la particularité de ces petites agressions est que l’on ne peut souvent pas y réagir par la fuite ou la contre-attaque. Elles nous rendent impuissants, s’accumulent et c’est alors que des pathologies surgissent. Les plus connus sont les troubles gastriques (colique, transit intestinal ou ulcère), les maladies dermatologiques (eczéma, psoriasis, zona), les problèmes cardiaques (tachycardie, infarctus) et musculaires, la fatigue chronique et les allergies. Le stress joue également sur certains troubles du système endocrinien (hyperthyroïdie, trouble de croissance, diabète), et intervient bien évidemment dans les troubles psychiatriques (addiction, dépression, anxiété et trouble de stress post-traumatique).

 

Lorsque l’on a connaissance de toutes les conséquences liées au stress, on comprend l’intérêt d’agir vite.

En ce sens, l’hypnose est un technique qui permet d’une part d’atteindre un état de profonde relaxation et d’autre part de s’adresser directement à l’inconscient afin de ne pas continuer de surcharger le conscient (déjà très sensibilisé par le stress).

En plus de procurer un bien-être rapidement perceptible (relaxation), il permet de traiter en profondeur l’état de stress et ce qui l’a provoqué. Cela permettra de trouver les ressources pour faire face à la situation et ainsi d’éviter la cascade de conséquences décrites plus haut.

 

Source:

Dortier, Jean-François (2011). P(e)nser ses plaies Le cercle psy, 3, 32-41.